Historique

Sous l'Antiquité, elle consiste à incruster divers matériaux dans un panneau de bois. Puis au XIVe siècle , en, Italie, la technique se développe par des combinaisons d'essences de bois variées et l'on crée des tableaux d'où l'appellation peinture de bois pour désigner ces marqueteries.

Au XVIIe siècle André-Charles Boulle développe la technique par découpe superposée qui par la suite a pris son nom.
La technique consiste à superposer des matériaux différents dans un même paquet et à les découper simultanément. On obtient alors des motifs inversés, le matériau organique (bois, écaille de tortue) compose le fond et devient une marqueterie en première partie et la composition ou le matériau métallique (laiton, étain) compose le fond et devient seconde partie ou contrepartie.

La marqueterie élément par élément détaille à partir d'un dessin très précis chaque élément à réaliser séparément dans les différents matériaux ou essences de bois et non de manière conjointe comme avec la technique par découpe superposée.

Ces deux techniques sont les plus répandues pour réaliser des marqueteries.

Restauration de la marqueterie

 
Mon atelier restaure des meubles anciens du XVIIe au XXe siècle (commodes, bureaux, secrétaires...) aux plus petits objets : boîtes, coffrets, écritoires, porte-montres... avec une spécialité pour les cartels et pendules.

Elle consiste à consolider voire à remplacer si nécessaire le film de colle qui maintient la marqueterie sur le bâti. La consolidation peut s'effectuer sous-vide sans dépose par ajout de colagène ou, si le bâti est abîmé (fentes, vermoulures...), à déposer la marqueterie afin de réparer le support. Le recollage s'effectuant le plus souvent sous-vide.
Pour le remplacement d'éléments manquants, une empreinte est prise et le matériau découpé en fonction. Une fois l'ensemble recollé la surface est polie, les éléments remplacés en fonction. Une fois l'ensemble recollé, la surface est polie, les éléments remplacés sont gravés si nécessaire ou remis en teinte.

 
Conservation

L'utilisation du vide permet entre autre la consolidation en profondeur des matériaux vermoulus ou fragilisés.
Le collage sous-vide avec des colles traditionnelles réversibles permet d'obtenir un état de surface de meilleure qualité et de supprimer les étapes de ponçage excessif dommageable aux marqueteries (usure prématurée, disparition des gravures ou des coloris) et la pratique de l'anoxie supprime les insectes xylophages et leurs larves sans modification des patines ou des décors de surface.

Dans le souci d'apporter la meilleure restauration possible et en partenariat avec le propriétaire ou le conservateur un diagnostic sera défini.